Wednesday, September 18, 2013

!!!God Has Spoken!!!

1 pessoas foram obrigadas a comentar!


"BMC labs and David Cronenberg are going where no biotech startup has gone before. As the film industry struggles to evolve, Cronenberg once again proves that he is ahead of his time - striking an eight-figure licensing deal for the fictional IP found within his films." - Filmmaker Magazine

Body/Mind/Change (BMC), a digital extension of TIFF's exhibition David Cronenberg: Evolution, immerses audiences in a "Cronenbergian" world inspired by the film Videodrome, re-imagined for the 21st century and brought to life across three platforms— online, mobile, and real-world. Co-produced by the Canadian Film Centre's Media Lab (CFC Media Lab) with creative direction by Lance Weiler, Body/Mind/Change features plot lines and game mechanics involving biotechnology start-ups, body enhancements, emotional learning systems, and presents the plausible science fiction found in Cronenberg's work as scientific fact. 

CREDITS:
Featuring: David Cronenberg

Director: Lance Weiler
Producer: Ana Serrano
Writer: J.C. Hutchins
Cinematographer: Daniel Grant
Editor: J.Lee Williams
Music: Brendan Canning
Associate Producers: Joyce Wong, Doug Nayler, Michelle Whiting

A CFC Media Lab + TIFF Co-Production
http://bodymindchange.ca

Saturday, May 11, 2013

António Campos x 3

0 pessoas foram obrigadas a comentar!


A Almadraba Atuneira (1961)
A Invenção do Amor (1965)
Vilarinho das Furnas (1971)





THE PREMATURE BURIAL (Corman, 1962)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, April 23, 2013

Dina e Django - Solveig Nordlund, 1983

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, April 11, 2013

Orfeu Negro (Marcel Camus 1959)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, April 02, 2013

Frank Zwartjes : Spectator

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Friday, March 01, 2013

GARRINCHA, ALEGRIA DO POVO (Andrade, 1962)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, February 28, 2013

The Unchanging Sea : Griffith 1910

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, February 26, 2013

Dragão da Maldade contra o Santo Guerreiro

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Dark Waters (1944) De Toth

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

BOOM, Joseph Losey

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

ICE (Robert Kramer)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Monday, February 25, 2013

DOMINGO À TARDE (António de Macedo, 1966)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Sunday, February 24, 2013

I was born but....

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

I fidanzati, Ermanno Olmi

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, February 12, 2013

YING CHUN GE ZHI FENGBO (Hu, 1973)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, February 07, 2013

REGENERATION (Walsh, 1915)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, February 05, 2013

MY NAME IS JULIA ROSS (H. Lewis, 1945)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Monday, January 28, 2013

ATTENTION ! HELICOPTÈRES (Schoendoerffer, 1963)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Monday, January 21, 2013

Split Image (Kotcheff, 1982)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, December 20, 2012

THE STRANGE WOMAN (1946, Ulmer)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, November 29, 2012

MOGAMBO por Tag Gallagher

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Sunday, November 25, 2012

LE CHANT DU STYRÈNE (Resnais, 1958)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Friday, November 23, 2012

La Commune (Armand Guerra, 1914)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Sunday, November 18, 2012

MÁSCARAS (1976, Noémia Delgado)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Wednesday, November 14, 2012

BEYOND THE TIME BARRIER (1960, Ulmer)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Monday, November 05, 2012

THE WHITE BUFFALO (Thompson, 1977)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, November 01, 2012

CRIME AND PUNISHMENT (Sternberg, 1935)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Friday, October 26, 2012

LES LIP - L'IMAGINATION AU POUVOIR

0 pessoas foram obrigadas a comentar!



Les Lip – L’imagination au pouvoir

réalisé par Christian Rouaud



Critiqucritique du film Les Lip – L'imagination au pouvoir, réalisé par Christian Rouaudes > 20 mars 2007

Les Lip – L’imagination au pouvoir est un réconfort pour le spectateur des villes, ce triste citadin invisible dans le joyeux brûlot de Pierre Carles qui dénonçait notre géographie consumériste urbaine. Le film, récit à la mémoire d’une lutte, servi par la ferveur de ses témoignages, utilise la partialité romanesque pour saluer les acquis individuels et collectifs issus de la réflexion critique au travail. Le matériau de l’image, ce sont des femmes et des hommes, autour d’une usine invisible.


« En tant que patron, je ne peux pas laisser dire que les syndicats de Lip avaient des exigences anormales. Il est sûr qu’ils négociaient durement, et ils ne m’ont pas épargné, mais ils ont toujours eu un sens de la responsabilité par rapport à la survie de l’entreprise auquel je rends hommage, car si les actionnaires avaient eu le même, l’entreprise vivrait encore. » − Claude Neuschwander.
Dans un contexte de recrudescence des documentaires interrogeant la valeur et l’évolution des conditions de travail contemporaines (entre autres Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil, J’ai très mal au travail de Jean-Michel Carré ou Volem rien foutre al païs de Pierre Carles), Les Lip – L’imagination au pouvoir revient sur une figure héroïque passée de la résistance salariale.
Il était une fois une entreprise horlogère de Franche-Comté créée par Fred Lip. À la suite d’une ouverture du capital de la société, ses ouvriers prennent conscience de la précarité de leur entreprise. Les nouveaux dirigeants ne démentent pas leurs craintes. Les classiques prises en otage des supérieurs hiérarchiques et autres occupations d’usine (nous sommes juste après Mai 68) révèlent qu’un plan de licenciement de masse et de démantèlement d’entreprise les menaçaient. Sous l’influence d’une démocratie de base favorisant la prolifération des imaginations, les ouvriers décrètent la réquisition du stock de montres, leur mise au secret dans la campagne environnante et la remise en route de la chaîne horlogère pour assurer « des salaires de survie ». Les syndicalistes pas « bêtement syndicaux » unis aux jeunes fous aux yeux pleins de l’expérience 68 nourrissent la flamme d’un conflit social d’une ampleur inégalée jusqu’à ce jour.
L’absolu de la mémoire de nos combattants qui « s’enracine dans le concret, dans l’espace, le geste, l’image et l’objet [tandis que] l’Histoire ne connaît que le relatif », fait barrage à l’échec in fine de l’entreprise par les descriptions jubilatoires de leur fait d’armes et de leur révolte devant les pouvoirs constitués au nom d’une communauté solidaire et responsable. L’exemplarité et la fragile continuité des Lip (Fred, Les Industries de Palente (1979) devenus aujourd’hui Lip Précision Industrie) prouvent qu’une posture de défense n’est pas incompatible avec la gestion d’une entreprise. Si l’Histoire retiendra que l’inspiration était celle de l’autodéfense « pour la sauvegarde de l’outil de travail », plus que l’autogestion, pour des ouvriers pleins d’espoir et sûrs de la viabilité et la vitalité de leur entreprise, pas encore atomisés par le spectre du chômage, la morale de cette histoire montre que la valeur travail est devenue depuis le choc pétrolier la chose du monde la moins bien partagée.
Confirmant l’adage qui veut que cette production minoritaire qu’est le documentaire sur le travail ne souffre pas la contradiction (et pourquoi contredire une parole à peine audible sans cesse noyée par le flux télévisuel des échecs des salariés ?), le film présente en fait la diversité de parole des grévistes de Lip qui s’initièrent en leur temps à la démocratie de base où chaque proposition ou plainte (et non pas opinion selon une lecture révisionniste) était évaluée par tous. Le film porte à merveille ces voix qui prétendent que l’imagination des troupes nourrit le combat salarial. D’où une structure narrative fictionnalisante parfaitement assumée et construite à partir de la chronologie des faits. Portraits des héros et des héroïnes (à partir de 500 pages d’interview) et images d’archives (où le spectateur cherche le visage rajeuni des acteurs) entremêlent consigne et sacerdoce de résistance, laïque et religieuse, à l’injustice industrielle, et, slogans – aujourd’hui abandonnés aux campagnes politiques – comme autant de poèmes performatifs : « L’usine est là où les ouvriers se trouvent », « trésor de guerre », « paye sauvage », « C’est possible : on fabrique, on vend, on se paie », le consensus de la légalité et la perte d’un emploi.
La mise en scène est simple, réunion de plans frontaux des acteurs du conflit, tous assis, face caméra. Plus fort des infimes distorsions de mémoire et d’interprétation, le film évite la voix-off surplombante. Subrepticement, les cadres se resserrent, mimant les élans d’empathie du spectateur, dont l’imagination divague sur les petits mots accompagnant les tartines matinales d’un gréviste pour sa famille, l’aisance du pantalon devant les CRS, la démocratie au travail, la viabilité d’une entreprise, le savoir-faire des salariés, le saccage filmé de l’usine par les CRS et enfin la mise à mort étatique du fait de l’arrêt des commandes publiques qui fit avorter la nouvelle direction industrielle en place... À l’image, cette injustice criarde prend la forme d’un bras d’honneur, du dernier grand patron de Lip, Claude Neuschwander, trahi par le patronat bisontin et les volontés politiques successives. Les changements de point de vue des témoins soulignent une aisance langagière, suscitant le rapprochement des cultures du travail et des mots. Servie par une musique extra-diégétique, qui monte vers l’apex d’un medley de chants révolutionnaires sur l’air d’un violon au moment du générique final, la mise en récit du scénario suscite une lecture plus lyrique que documentarisante, suivant l’élan du cinéaste en faveur de l’épopée Lip. Les témoignages des agresseurs (« Il faut les punir », Pierre Messmer, premier ministre de Georges Pompidou) finissent de célébrer, malgré eux, ceux qui refusèrent que ne serait-ce qu’un Lip soit laissé sur le carreau. Pour clore le documentaire aujourd’hui, le cinéaste retrouve les prises extérieures avec les engagements politiques des militants de toujours, autour du chômage et des coopératives argentines. Les Lip – L’imagination au pouvoir est autant célébration du combat continu qu’opération d’appropriation de transgression pour l’avenir.
Claudine Le Pallec Marand ( http://www.critikat.com/Les-Lip-L-imagination-au-pouvoir.html)



Wednesday, October 24, 2012

ABEL FERRARA: NOT GUILTY (Pitts, 2004)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Thursday, October 18, 2012

LE DINOSAUR ET LE BÉBÉ (Labarthe, 1967)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Wednesday, October 10, 2012

THE COLGATE COMEDY HOUR: 4ª série, episódio 30 (2 de Maio de 1954)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Friday, September 28, 2012

Friars Club Roast of Jerry Lewis (27 Jan. 1971)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, September 25, 2012

CONCERTO Nº 2 DE CHOPIN (1975, ARTE - Broadcast)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Saturday, September 15, 2012

4D MAN (1959, Yeaworth Jr.)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Tuesday, September 11, 2012

PORKY PIG'S FEAT (1943, Tashlin)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

HAVE YOU GOT ANY CASTLES? (1938, Tashlin)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

Monday, September 03, 2012

SMALL FRY (Fleischer, 1939)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!
Small fry, struttin' by the pool room 
Small fry, should be in the school room 
My, my, put down that cigarette 
You ain't grown up high and mighty yet







MAKING 'EM MOVE AKA IN A CARTOON STUDIO (Bailey/Foster, 1931)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!

CRAZY INVENTIONS (Fleischer, 1932)

0 pessoas foram obrigadas a comentar!